6 idées pour mettre en place votre « laboratoire à sérendipité »

OutilsRechercheWebDivers – RessourcesOutilsFroids

Pour l’avoir expérimenté à de nombreuses reprises, je suis persuadé que le web est un fantastique outil au service de la sérendipité. Qu’est-ce que la sérendipité? C’est l’art de trouver ce que l’on n’a pas cherché explicitement mais qui répond néanmoins à des questions que l’on se posait ou que l’on aurait dû se poser. Pour tout savoir sur ce concept je vous renvoie vers cet excellent article proposé par Automates Intelligents.

Si l’on en croit la Wikipedia c’est à de tels « moments » de sérendipité que l’on doit entre autres choses la découverte des pneumatiques (vulcanisation) par Charles Goodyear, du nylon, de la radioactivité (Becquerel), de la gravitation universelle par Newton (à moins que ce ne soit par Gotlieb?), du teflon, du kevlar, du laser et plus prosaïquement de la fameuse tarte Tatin ou du Nutella.

Mais la sérendipité ne doit pas être confondue avec le hasard, ou plutôt s’il s’agit d’un hasard, c’est un hasard orienté par l’utilisateur, cela arrive parce que c’était lui/elle. Le physicien américain Irving Langmuir explique à ce sujet : « Le travail n’était pas planifié. Il pouvait être ‘poussé’ parce que nous étions curieux et passionnés. On ne peut pas planifier de découvertes mais le travail qui occasionnera les découvertes. On peut organiser un laboratoire de façon à obtenir une plus grande probabilité de résultats utiles. » En rédigeant ce billet (et par le plus grand des hasards comme il se doit), je suis d’ailleurs tombé sur un texte de Jacques Lévy, professeur de géographie à l’IEP de Paris, qui parle « d’augmenter la productivité du hasard« .

Je vous propose donc d’organiser votre laboratoire personnel de sérendipité orienté vers la découverte d’informations répondant à vos besoins ou vous permettant d’en découvrir de nouveaux (besoins). Pour cela il nous faut disposer de quelques critères de choix, en effet il existe par exemple des plugins Firefox qui permettent de démarrer chaque session par une nouvelle page d’accueil choisie au hasard. Comme vous l’aurez compris ce n’est pas le type d’outils qui m’intéresse ici. Bien sûr ils peuvent permettre de tomber sur des infos intéressantes de temps à autres mais nous devons améliorer cette probabilité grâce à des outils effectuant au préalable un ciblage large, c’est à dire fixant des limites élastiques et poreuses aux thèmes qui nous intéressent.
Par ailleurs il ne faut pas que la « découverte » soit liée à une action de notre part : clic sur un lien ou sur un bouton du navigateur prévu à cet effet. Ces outils doivent disposer de fonctionnalités qui donneront l’illusion que nous n’avons rien fait pour qu’elles interviennent. Ils doivent s’imposer à nous d’une manière ou d’une autre afin de créer un effet de surprise, même si, bien sûr c’est totalement artificiel puisque nous leur aurons initialement accordé ce droit.

  • ils peuvent par exemple apparaître dans une page de notre navigateur d’une manière qui ne doit pas gêner la navigation (c’est à dire que l’on ne sera pas obligé de les suivre).
  • ils peuvent aussi apparaître dans des « lieux » de notre PC non-initialement prévus pour cela. Un écran de veille par exemple (qui portera alors son nom à double titre). L’effet de surprise, qui provoque l’étonnement, semble être nécessaire à la sérendipité (demandez donc à Newton).

Voici donc quelques outils et services qui, selon moi, remplissent à peu près ces critères :

  • Suggestions automatiques sur les moteurs de recherche : cette fonctionnalité permet de nous interpeller avec des expressions de recherche incluant nos mots-clés, c’est-à-dire des expressions auxquelles on n’aurait pas forcément pensé initialement.
    • Yahoo!  Search fait cela de manière remarquable grâce à son assistant de recherche.
    • Voir aussi le plugin Firefox Inquisitor décrit ici, toujours par Yahoo!
  • RSS Screensaver est un logiciel gratuit qui, comme son nom l’indique, va « jouer » des flux RSS que vous lui aurez indiqué lorsque votre PC est en veille. L’astuce consiste à ne pas le nourrir de ceux que vous lisez déjà quotidiennement mais d’y mettre par exemple :
    • les flux que vous lisez le moins souvent, parce qu’on peut aussi y trouver des idées (vous aviez une bonne raison pour les sélectionner initialement non?).
    • des flux issus de requêtes sur des moteurs de recherche (Google, Yahoo! via les « alerts »et tout autre moteur fournissant un flux rss de requête). Tout en intégrant vos problématiques, ces requêtes doivent être beaucoup plus larges. 
    • des flux sur des thèmes complètement différents des vôtres mais dont on peut espérer qu’il génèrent de temps à autres un téléscopage d’idées fructueux : un secteur d’activité différent du vôtre, ou, pourquoi pas, les flux d’un de vos proches (ceux qu’il voudra bien partager évidemment).
  • MàJ 10/02, 12h16 : dans le même genre que le précédent je viens de trouver  Mapped Up. Un logiciel qui place des flux RSS générés par mots-clés sur un Active Desktop. Pas testé toutefois.

  • Ambient News est un plugin pour Firefox qui capture et affiche les flux rss des sites que vous avez visité à chaque fois que vous ouvrez un nouvel onglet en attendant que votre  page se charge. Ses créateurs le qualifient de « low impact rss reader« . Dans le contexte qui est le nôtre on peut lui reprocher de ne pas être assez « éloigné », dans le temps et les thèmes diffusés, de nos choix explicites. L’idée me semble toutefois très bonne et il me permet parfois de capter une info utile « du coin de l’oeil ».

  • Webmynd est un plugin pour Firefox dont l’objectif initial est d’enregistrer et d’indexer l’ensemble des pages que vous visitez afin de vous aider à les retrouver ultérieurement. Webmynd nous intéresse ici parce qu’il ajoute un ensemble de « boîtes » aux résultats de Google, « boîtes » dans lesquelles il propose des informations correspondant à votre requête mais tirées de sources différentes, au choix : Reddit, Twitter, Flickr, Backtype, delicious, votre historique de navigation Webmynd et encore une dizaine d’autres services. Ceci pourrait ne pas être un outil de la sérendipité puisque la recherche porte sur les mêmes mots-clés (pas de surprise donc), toutefois, la multiplicité des types de résultats (articles, photos, tweets, vidéos, sans oublier votre historique de navigation) est susceptible je crois de créer cette surprise.
 
  • Twitter, Friendfeed & Co. : toute la journée ces services font défiler devant vos yeux (ébahis) des idées, des liens, des avis. La sérendipité naît ici du fait que vous avez souscrit aux flux de personnes choisies parce qu’elles sont susceptibles de dire des choses qui vous intéressent. Vous savez toutefois que leur tweets ne seront pas ciblés sur un seul thème (celui qui vous a fait les connaître) et, dans cet environnement que vous avez plus ou moins cadré, vous laissez une place à la surprise.
  • Oamos, un moteur que j’avais déjà évoqué il y a un an et qui donne des résultats de recherche indescriptibles et pour cette raison indispensables. Dificile de l’utiliser pour se surprendre soi-même (quoique) mais très utile pour surprendre les autres, en l’occurence vous aujourd’hui :-)

  • J’ai envie d’y ajouter les moteurs de recommandations par filtrage collaboratif tels que ceux que l’on trouve sur Amazon ou Librarything mais quelquechose me gêne ici. Peut-être l’impression diffuse de ne pas être assez surpris, de rester trop proche de ce que l’on connaissait déjà, même si Librarything est tout de même bien meilleur qu’Amazon sur ce point. Hubert Guillaud avait d’ailleurs écrit un billet à ce sujet, expliquant que ce qui émerge de ces systèmes est souvent une information moyenne, banale.

De fait il est amusant de voir qu’avec ces outils l’on navigue constamment entre le trop et le pas assez hasardeux. Il nous faudrait des outils qui nous permettent de naviguer dans les confins les plus hasardeux des moins hasardeux (ou l’inverse d’ailleurs).

On pourrait croire que tout cela tient du gadget, du superflu mais je ne le pense pas, au contraire, il arrive bien trop souvent que je fasse mes meilleures trouvailles par « hasard » pour penser que ce n’en est pas tout à fait un et avoir envie de tout mettre en oeuvre pour que se multiplient ces moments. Un leurre? Peut-être mais essayons car il n’y a rien à perdre (10 minutes?) et beaucoup à gagner.
Une dernière chose, une fois que vous aurez installé votre « serendipity lab » fermez la porte et n’y pensez plus, les résultats arriveront quand ils devront arriver :-) La sérendipité s’accorde mal avec les idées de monitoring de l’activité ou de ROI…
Et puis une dernière (dernière) chose : si vous avez des trucs et astuces à ajouter à cette liste allez-y, c’est ouvert.

Si vous avez aimé ce billet vous pouvez :

Le promouvoir :

En parler sur Twitter :

Laisser un commentaire