Affûter son esprit critique, un effort constant…

Beaucoup de temps consacré à lire en ce moment et peu à écrire.

Je vous propose donc un petit texte issu, d’une de mes lectures actuelles, un manuel de philosophie pour Terminale datant de 1961, le Huisman et Vergez tome 2 intitulé « La connaissance » :

La volonté doit précisément diriger le cours de nos pensées pour refuser son adhésion à toute proposition qui ne serait pas fondée en raison. Tel est le principe du doute méthodique, de la suspension provisoire du jugement. (…)

Contre les pièges où l’esprit critique peut se laisser prendre il n’est d’autre remède qu’un supplément d’esprit critique. (…)

Cette hygiène de la croyance est assez rarement pratiquée. C’est précisément qu’elle exige de nous un effort. Beaucoup, refusant cet effort, se condamnent eux-mêmes aux croyances fausses. « La pensée, pour faire des économies, s’habille en confection » : on se fie sans trop réfléchir à son parti politique, à son journal, aux usages de son milieu. On sait bien qu’il y a plusieurs partis et d’autres journaux et d’autres milieux. Mais la vie ne laisse guère le temps de penser à ces choses. Mais la vie c’est le « confort intellectuel », la sécurité de conscience, la tranquillité intérieure. Tel est l’esprit de certitude qui devient parfois l’ennemi de l’esprit de vérité.

Voilà, pas besoin de gloser, l’essentiel est dit.

Au passage et sans vouloir jouer les regretteurs d’hier, ce manuel est d’un niveau :-O

Affûter son esprit critique, un effort constant…

5 (100%) 3 vote[s]

Spread the love
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

4 réflexions au sujet de “Affûter son esprit critique, un effort constant…

  1. Bonjour Christophe,
    merci pour cette mise en exergue. Il serait intéressant de comparer avec les manuels de philo actuels.

    Côté esprit critique et enseignement, il existe encore un quelques irréductibles je penses au Cortecs (Collectif de recherche transdisciplinaire esprit critique & sciences) : https://cortecs.org/

    • Une comparaison serait en effet intéressante, tout en gardant à l’esprit que ce manuel de 350 pages, « La connaissance » est le Tome II, le TI étant baptisé « L’action »… Pour en avoir lu plusieurs chapitres depuis le début de la semaine je peux vous dire qu’il y a du niveau. Beaucoup plus que ce que j’avais en terminale littéraire (A2) en …1987.

      Oui je connais bien les publications de Cortecs, ils font un super boulot.

  2. Merci, Christophe, pour ce rappel (salutaire) à nos années de philosophie. J’avais aussi apprécié le « Court traité de philosophie » de Huisman et Vergez en préparant mon bac 🙂

    Dans notre société de surinformation, la démarche philosophique demeure essentielle pour « raison garder ».

  3. Bonsoir Christophe,

    Garder l’esprit critique, le recul par rapport à son milieu est le propre du veilleur, oui.

    Et dans ce recul, la capacité à distinguer les (rares) vraies inflexions de la com’/hype/influence. Parce que, depuis que même les pouvoirs publics s’y sont mis, ça devient vital pour juste, simplement, faire son boulot.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.