Mémoire numérique personnelle/ mémoire numérique d’entreprise

RessourcesOutilsFroids – ArticlesVeilleMag

Toujours dans la série recyclage voici l’article rédigé pour Veille Mag de mai dernier:

Une mémoire numérique pour tous

"Avec nos plus récents systèmes de connexion
(…) nous sommes le Réseau
() un
associé équipé de vidéoverres devient un fer de lance cognitif pour toute la
compagnie
…"

Voilà ce quécrivait lauteur de science-fiction Bruce
Sterling en 1988 dans « Les mailles du réseau ». Il imaginait chaque
employé doté de lunettes-caméras lui permettant denregistrer tout ce quil dirait,
verrait et ferait dans sa journée. On peut dire que le récent développement de
téléphones permettant de prendre des photos et des petits films a en partie
confirmé la prédiction de Sterling mais il y a cependant fort à parier que ce ne
soit quun début. Pour mieux comprendre ce phénomène il faut en effet prendre
conscience dun mouvement de fond à luvre dans nos sociétés modernes. Il
sagit de cette propension à graver sa vie dans le silicium afin den garder
témoignage.

Le besoin qua lhomme de laisser une empreinte qui lui
survive est aussi ancien que lhomme lui même. Dès le milieu du XIXème siècle
la photographie, puis le cinéma, se sont substitués à la peinture pour permettre
au plus grand nombre de transmettre des « fragments de vie » à sa
descendance. Historiquement cette étape nest pas anodine car la passation
dune histoire personnelle ou familiale par limage était jusqualors réservée
à une élite, noblesse ou grande bourgeoisie. Il faut dailleurs mettre en
rapport cet élément avec les prises de conscience sociales massives qui ont eu
lieu vers cette période et qui se sont traduites par lessor du
syndicalisme et la lutte des classes. Lécriture bien sûr jouait également ce
rôle de transmetteur depuis des siècles, mais là encore elle fût longtemps
réservée à une élite de clercs.

A mon sens, ce que nous vivons actuellement dans ce domaine
nest pas une simple séquelle de la période précédente mais bien une rupture
tant le changement déchelle est important.

Trois éléments sont à la base de cette évolution. Lun est dordre
sociologique, il sagit dun individualisme croissant, que le sociologue Gilles
Lipovetsky qualifie même dhyper-individualisme. Il se manifeste par un besoin
toujours plus fort de singularisation et doriginalité de lindividu par
rapport au groupe, et passe autant par les loisirs et les goûts culturels que
par les orientations sexuelles ou religieuses…

Les deux autres sont dordre technique, il sagit dune part
de lessor dInternet et des possibilités quil offre dhyperlier des individus
(ou des hyper-individualismes ?), dautre part, de laugmentation toujours
croissante des capacités de stockage numérique offertes à chacun.

De manière simpliste disons que de cet hyper-individualisme
découle le raisonnement suivant : « Je suis unique et original, par
conséquent il faut conserver de mon passage ici-bas le maximum de traces ».
Et cest justement ce que rendent possible les technologies évoquées plus haut.

Internet devient donc pour certains un véritable miroir de
la « vraie vie », c’est-à-dire un espace dans lequel seront mises en
scène une ou plusieurs facettes de leur personnalité. Celles qui, en général,
sont les plus à même de leur apporter reconnaissance, travail, amis,
relations,

Les weblogs sont évidemment emblématiques de cette tendance
et leur nombre continue de saccroître à une vitesse quasi-exponentielle. Si les
journaux « extimes », comme on les appelle maintenant, y sont
présents en masse et continuent à relater les ruminations quotidiennes des
bloggeurs, une proportion importante dentre eux a ouvert dautres blogs quelle
utilise de manière thématique. Cela entraîne dailleurs une fragmentation de la
« personnalité numérique » à lorigine de services comme ClaimID ou
Ziki. Ces derniers se sont donné pour objectif dagréger lensemble de « performances
numériques » dun individu, mais aussi de ses goûts, et constituent, de
fait, un point dentrée unique vers lunivers personnel de chacun. 

Les capacités des mémoires numériques allant croissant, nous
avons par ailleurs la possibilité de stocker en ligne ou sur des disques durs
personnels un nombre infini de photos ou de films.

Plusieurs projets ont pour but de nous aider à gérer ces
mémoires additionelles potentielles. Citons notamment MyLifeBits (littéralement
« Mes morceaux de vie ») développé par Gordon Bell pour Microsoft.
Doté en permanence dune caméra-appareil photo numérique baptisé Sensecam qui enregistre
des extraits de sa vie au fil de leau ce chercheur transfère chaque soir les films
et photographies réalisés dans la journée dans une base de données où ils seront
indexés pour en faciliter la recherche. Hewlett-Packard développe un projet
similaire baptisé Casual Capture et, plus significatif encore, la DARPA a testé
à grande échelle Lifelog, un programme dirigé par le même Gordon Bell (ce
pionnier de lInternet qui, à lâge de 70 ans, jouit décidemment dune belle
santé). Pourtant tout nest pas que projet dans ces recherches, et il est déjà
possible dutiliser des outils qui donnent un aperçu des évolutions à venir.

Cest le cas notamment de la gamme de produits baptisée
Confident, développée par la société française CLVE, et plus particulièrement
dEntourage, un logiciel pour téléphones portables qui permet la collecte,
la structuration et le partage des mémoires personnelles. Citons aussi les
services de stockage de photographies tels que Flickr ou Riya. Ce dernier offre
une fonctionnalité de reconnaissance faciale permettant de légender
automatiquement les photos, une technique sophistiquée réservée jusqualors aux
services de police.

En fait, avec un peu de recul, il semble que lon assiste à
lémergence dune véritable « mémoire personnelle numérique »
(MPN ?) qui mêlera, dune manière encore à définir, lécrit, laudio et la
vidéo. Elle servira à la fois de mémoire de secours dans laquelle il sera
possible de piocher en cas doubli, et de témoignage dune existence à
transmettre à sa descendance.

Bien entendu un tel concept nest pas sans conséquences sur les
organisations. La mémoire dentreprise est en effet un sujet central qui
préoccupe transversalement toutes les fonctions. On peut donc supposer que
viendront rapidement se greffer aux bases de connaissances structurées et aux référentiels
de compétences existants, des éléments beaucoup plus variés tels que photos,
films, enregistrements audio et écrits.

On nose imaginer lensemble des problèmes qui devront alors
être réglés. De la protection de la vie privée à la capacité de rechercher dans
une telle masse de données, en passant par les problèmes de droit à limage et
lespionnage industriel, la liste est longue, et il serait prudent de sy atteler
rapidement. En effet, les premiers apports des travaux de Gordon Bell devraient
être visibles dès la sortie de Vista, la prochaine version de Windows prévue
fin 2006… Si les organisations ne sen préoccupent pas les utilisateurs, eux,
ne manqueront pas de sen emparer et de mettre à leur service une technologie
les aidant à la fois à sorganiser et à mieux justifier de leur activité (sans
parler de lintérêt quelle présente pour la veille). La surcharge
informationnelle (information overload) générée pourrait alors entraîner un
chaos contre-productif majeur.

Plus généralement il serait bon de se questionner sur les
changements sociaux générés par une situation inédite où la mémoire du passé deviendra
omniprésente et loubli impossible. Tous les travaux récents portant sur le
cerveau montrent que pour vivre lhomme a autant besoin de se souvenir que
doublier, et il en va de même pour la société. Les récents et passionnés débats
sur la période coloniale française suffisent dailleurs à se convaincre des
enjeux véhiculés par cette problématique.

Concluons comme nous avons commencé, par une citation :
« Oublier
est le grand secret des existences fortes et créatrices »
, et
cest Balzac qui le dit.

Ressources
complémentaires

Outils de gestion de la mémoire personnelle numérique

 Projet « MyLifeBits » de
Microsoft : http://research.microsoft.com/barc/mediapresence/MyLifeBits.aspx

 Projet « Casual Capture » de
Hewlett-Packard : http://www.hpl.hp.com/news/2004/jan-mar/casualcapture.html?jumpid=reg_R1002_USEN

 Projet « Lifelog » de la
DARPA : http://www.darpa.mil/ipto/Programs/lifelog/

 Logiciel Lifeblog de Nokia : www.nokia.com/lifeblog

 Logiciel Entourage de CLVE : www.clve.fr/entourage.htm

Service de gestion didentité/personnalité numérique :

 Ziki : www.ziki.com

 ClaimID : www.claimid.com

 Suprglu : www.suprglu.com

 Peoplefeeds : www.peoplefeeds.com

Services de stockage de photos et vidéos en ligne


 Flickr : www.flickr.com

 Riya : www.riya.com

 Vidblogs : www.vidblogs.com

 YouTube : http://youtube.com

 Vimeo : http://www.vimeo.com/

Spread the love
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.