Les « robots » de Flint sélectionnent les actualités en fonction de vos centres d’intérêt

J’avais détaillé l’an dernier 7 services gratuits permettant de découvrir de nouveaux articles, (ce que les anglo-saxons nomment content discovery). J’en rajoute un 8ème aujourd’hui avec Flint que je teste depuis un an déjà et qui donnent de très bons résultats en anglais et en français (il s’agit d’une société française).

Mise en oeuvre

Une fois l’inscription effectuée, on arrive sur une page qui permet de choisir entre quatre sympathiques robots.

Comme vous l’aurez peut-être compris, il s’agit d’intelligences artificielles qui vont petit à petit affiner leurs propositions en fonction de vos lectures précédentes. Vous pouvez vous abonner à :

  • Flint : thématiques généralistes
  • Gordon : technologies, finance, fintech,…
  • Yolo : environnement, biotechs, climat,…
  • Jeff : mutation des médias, fake news, nouveaux modèles économiques,…

Chaque « robot » indique les thématiques qu’il couvre ainsi que les humains qui l’ont « entraîné » à mieux sélectionner les contenus pertinents.

Pour chacun d’entre eux vous pouvez choisir l’édition en français et/ou en anglais. Il suffit ensuite de cliquer sur le bouton rouge en bas de page pour valider vos choix.

Newsletters reçues

Les newsletters reçues se présentent ainsi :

Comme vous le voyez chaque article est suivi de boutons « J’aime » « J’aime pas ».

En les utilisant vous allez en effet pouvoir affiner vos besoins informationnels au long des semaines. Lorsque vous cliquez sur l’un de ces boutons vous accédez à ce que les concepteurs de Flint nomment la « salle d’entraînement », à savoir une simple page dans laquelle vous allez pouvoir qualifier les articles.

Attention, au début cela fonctionne pour le robot Flint mais pas pour les autres. Je suppose que les possibilités de notations commencent à apparaître après que vous ayez cliqué sur des articles, en tout cas c’est le cas pour moi avec le robot Jeff que je suis depuis longtemps et qui me propose maintenant les boutons « j’aime / j’aime pas ».

Autre mise en garde peut-être inutile mais on ne sait jamais : ces boutons ne servent pas à dire si vous aimez ou non le contenu informationnel qui vous est présentée. Par exemple dans la capture d’écran ci-dessus je n’aime pas du tout qu’un blogueur égyptien ait été arrêté pour apologie de l’athéisme. Pour autant je ne vais pas cliquer sur « J’aime pas » car je veux faire comprendre à Flint que ce type d’actualité m’intéresse au contraire et qu’il doit continuer à m’en proposer d’autres du même type. Je clique donc sur « j’aime » (ça va parfois mieux en le disant).

Conclusion

Aujourd’hui 9 mai, les concepteurs de Flint, c’est à dire la société Trendsboard, qui s’était bâtie autour du regretté Jean Véronis souvent cité sur Outils Froids, ont décidé de nous en dire plus sur son fonctionnement. Ils en profitent également pour annoncer l’ouverture prochaine de l' »école des robots » qui nous permettra « de contribuer à construire ce nouveau référentiel collaboratif de la qualité de l’information, en adoptant un robot et en le spécialisant dans ce qui t’intéresses. Tu pourras profiter de l’intelligence des autres éleveurs et de leurs robots. »

Une initiative qui sera payante mais à suivre.

Je vous invite donc à lire cet article très didactique sur la mise en oeuvre et le fonctionnement d’une intelligence artificielle, mais aussi, actualité oblige, sur les données individuelles dont ils (ne) disposent (pas).

Après plusieurs mois d’utilisation je peux dire que Flint est un service de content discovery très efficace. Il est rare en effet que je ne clique pas au quotidien sur l’un des articles qu’il m’aura sélectionné.

La question que je me pose toujours avec ce genre d’outil est celle de la sérendipité « dirigée », c’est à dire jusqu’où finalement l’IA peut-elle me surprendre en me proposant des contenus pas  forcément en lien immédiats avec les goûts que j’ai déclaré jour après jour mais susceptibles de m’intéresser malgré tout. Ce que j’exprimais dans un article déjà ancien consacré à la sérendipité en disant qu’ « il nous faudrait des outils qui nous permettent de naviguer dans les confins les plus hasardeux des moins hasardeux (ou l’inverse d’ailleurs)« .

En tout cas je vous invite vivement à tester ce nouveau service.

Les « robots » de Flint sélectionnent les actualités en fonction de vos centres d’intérêt
5 (100%) 3 votes
Spread the love
  •  
  • 4
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

8 réflexions au sujet de “Les « robots » de Flint sélectionnent les actualités en fonction de vos centres d’intérêt

  1. Bon. Alors je vais dire que ne suis pas convaincu par Flint après un long passage en salle d’entraînement puis trois semaines de test très actif. Un collègue, documentaliste juridique comme moi, arrive à la même conclusion.

    Nos intérêts : droit, open data, IA. Pour nous, les sources proposées par l’application Flint ne sont pas assez diverses. D’autant que certains titres/sites reviennent trop souvent et que les articles d’autres qui font pourtant clairement partie du « fonds » ne sortent pas toujours. Quant à la pertinence par rapport aux mots-clés, c’est vraiment sans plus.

    Nos conclusions personnelles : sources crawlées 2/5, discovery par sérendipité 1/5, pertinence 2/5.

    En résumé, pour nous, Flint ne passe pas la barre.

  2. Et pour finir, si trois semaines ne suffisent pas, c’est à notre sens pas assez rapide. Peu de ‘basic users’ accepteraient de passer plus d’une semaine à « éduquer » une IA de toute façon.

    Pour la découverte de nouvelles sources et ma veille en open data et IA juridiques, j’utilise avec satisfaction une trentaine de comptes Twitter et un réseau professionnel très resserré. Une veilleure professionnelle m’avait dit il y a quinze ans que le plus important dans la veille était la sélection des sources. Ça reste vrai.

    • Pour ce qui est de la sélection des sources ce n’est pas moi qui dirait le contraire 🙂
      Comme je le dis dans l’article, j’utilise Flint depuis presque un an et je le trouve utile pour de nombreux sujets : IA, Fakenews, médias sociaux notamment.
      En revanche ce n’est pas pour moi l’outil principale de ma veille qui reste bien évidemment Inoreader et les sources que j’y agrège, comme vous j’imagine. Je le vois plus comme un outil de veille radar pour reprendre une terminologie que j’aime bien.
      Je pense qu’il faut aussi attendre de voir ce que va donner l' »école des robots ». Ca peut être intéressant. A suivre donc, et merci pour vos commentaires.

      • « l’outil principale de ma veille qui reste bien évidemment Inoreader et les sources que j’y agrège, comme vous j’imagine »

        Eh bien non 🙂 C’est dommage mais en sciences juridiques, les éditeurs (payants) et les principaux sites gratuits ne proposent pas de RSS. Alors, c’est vrai, je pourrais le fabriquer mais comme on a des newsletters bien faites et des sommaires de revues faciles à lire en diagonale, et surtout que je redoute d’être sous l’eau, je n’en ai pas vu l’intérêt.

  3. Merci Christophe pour cette revue, et merci aussi Emmanuel pour toutes ces remarques !
    Flint est volontairement généraliste, il a été conçu pour ne pas « trop » se spécialiser, pour rester très simple, pour sortir l’utilisateur de sa bulle de filtre, mais aussi pour ouvrir un débat. Pas sûr que ça marche pour tout le monde, et c’est pour ça que nous l’avons mis en ligne discrètement, pour échanger avec les utilisateurs. Mais il restera certainement généraliste.

    Pour spécialiser votre IA, il faudrait que vous vous amusiez à adopter un robot à l’école des robots, je peux vous donner un accès si vous voulez, ça m’intéresse de voir ce que vous en ferez !

Laisser un commentaire